IMPLANTOLOGIE

(CHIRURGIE IMPLANTAIRE ET GREFFES OSSEUSES)

QU’EST-CE QU’UN IMPLANT DENTAIRE ?

Un implant dentaire est une racine artificielle qui permet de tenir une nouvelle dent. C’est une vis en titane (bio-compatible) qui est placée dans l’os de la mâchoire et qui sert de support à une couronne (dent artificielle) ou un bridge (plusieurs dents artificielles). Il permet de remplacer une dent absente par une dent fixe.

Un implant a besoin d’un volume d’os suffisant pour être solidement implanté. Avant de poser un implant dentaire il faut donc évaluer la quantité et la qualité de l’os disponible en réalisant des radios : Panoramique Dentaire et Cone Beam ou Dentascanner (imagerie 3D).
Si jamais l’os s’avère en quantité insuffisante il faut parfois prévoir une chirurgie osseuse pré-implantaire dite “greffe osseuse” qui permettra d’augmenter le volume d’os disponible.

Durée de vie d’un implant

Un fois l’implant posé et intégré il tiendra de nombreuses années. Nous n’avons pas aujourd’hui un recul suffisant pour affirmer qu’il puisse tenir 20 ou 30 ans voire plus mais cela est probable. Il suffira d’avoir une bonne hygiène et de voir son dentiste pour un contrôle annuel afin de surveiller l’absence péri-implantite (il s’agit d’une inflammation chronique qui peut causer la perte de l’implant à long terme si elle n’est pas traitée).
Le docteur Dujoncquoy utilise des implants de la marque Anthogyr : il s’agit d’une marque française renommée dont il apprécie la qualité et c’est pour lui un gage de sécurité et de suivi à long terme. Une dent ou une couronne abîmée tenue par un implant doit parfois être repositionnée, refixée ou remplacée plusieurs années après la pose. Il faut alors pouvoir intervenir avec des pièces et matériaux fiables et encore commercialisés. Le choix du type d’implant posé est donc important.

Le docteur Dujoncquoy a une forte expérience en chirurgie osseuse et en implantologie. La précision des gestes et la précision du positionnement de l’implant sont gages de sécurité et les techniques implantaires doivent être parfaitement maîtrisées par votre praticien.
Il est médecin et chirurgien maxillo-facial et pratique exclusivement la chirurgie. Il ne réalise pas de prothèse dentaire. C’est de préférence votre dentiste habituel ou à défaut un confrère conseillé par notre cabinet qui s’occupera de la pose de la dent ou couronne une fois l’implant en place. Il réalise les greffes osseuses qui permettront de poser un implant quand l’os a perdu de son épaisseur.

QUAND POSE-T-ON UN IMPLANT ?

Un implant peut être mis en place après la cicatrisation de l’os et de la gencive c’est à dire en général 3 mois après l’extraction de la dent.

L’acte chirurgical est simple et peu douloureux. Il se fait au cabinet sous anesthésie locale comme pour le traitement d’une dent mais dans des conditions d’asepsie de bloc opératoire. Il peut également être réalisé en clinique sous anesthésie générale si il y a beaucoup d’implants à poser ou si le patient est très anxieux.
L’implant est laissé en “hibernation” pendant quelques mois (3 mois en moyenne). Pendant cette période on ne voit pas l’implant car il est sous la gencive (il se voit uniquement sur la radio).

Il sera ensuite découvert lors d’une seconde séance dite de « décapuchonnage » et appelée deuxième temps. La prothèse définitive ou la couronne (la dent artificielle) est posée et fixée après consolidation et fusion de l’os avec l’implant soit 3 mois après la pose de l’implant. Cette fusion est appellée ostéo-intégration. En pratique la dent définitive est donc posée 6 mois après l’extraction ou la perte de la dent.

INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS

Indications
Contre-indications

Les contre-indications absolues sont rares. Les patients suivant ne pourront malheureusement pas bénéficier d’un implant dentaire :

Les contre-indications relatives sont plus fréquentes :

Les implants dentaires présentent de nombreux atouts car il permettent de retrouver le confort d’une dent naturelle :
– Comme la racine d’une dent naturelle, l’implant transmet à l’os sous-jacent les forces de mastication ce qui permet de maintenir le volume et la qualité de l’os. En effet, comme un muscle, l’os qui n’est pas stimulé perd progressivement en épaisseur.
– Un implant dentaire permet de préserver les dents qui sont à côté, alors que le bridge, pour pouvoir tenir, nécessite de tailler l’émail des dents voisines.
Le confort est proche de celui d’une dent naturelle. Seule la sensibilité au chaud/froid et la proprioception sont différentes. L’implant est parfaitement solide et stable, ce qui le différencie des prothèses dentaires quelle qu’en soit la forme.

Les matériaux utilisés sont « biocompatibles » et ne provoquent pas d’allergie. C’est à dire qu’ils sont neutres et sont parfaitement acceptés biologiquement et mécaniquement par les os et le corps humain.

Toutefois il arrive parfois que la consolidation appelée “ostéo-intégration” ne se produise pas correctement. Ce « rejet d’implant » se manifeste dans environ 3 % des cas traités, notamment chez les gros fumeurs (l’usage du tabac diminue de 10-15% le taux de succès des implants) et chez les patients diabétiques. Il est alors nécessaire de poser un nouvel implant au même endroit et cet implant s’intègrera parfaitement dans la plupart des cas.

Dans les jours qui suivent la pose d’un implant un gonflement modéré de la joue (oèdeme) ou un hématome peuvent apparaître mais ce n’est pas systématique. Ils sont facilement contrôlés par un traitement approprié: paracétamol, anti-inflammatoires et poches de froid à appliquer régulièrement.
La mise en place d’un implant est bien souvent moins douloureuse et mieux vécue que l’extraction de la dent réalisée au préalable.

Les vraies complications sont heureusement très rares :
Une infection locale (péri-implantite, abcès) ou généralisée peut survenir. Cela peut amener à prolonger le traitement et exceptionellement réopérer ou hospitaliser. La consommation de tabac augmente ce risque d’infection et de reprise chirurgicale.
– Exceptionnellement, une lésion nerveuse avec hypoesthésie (endormissement) de la lèvre (transitoire ou définitive), une lésion vasculaire, ou une effraction sinusienne peuvent se produire. Cela est heureusement rare et est le plus souvent évité grâce à l’analyse attentive des radios effectuées avant le traitement. L’expérience de votre chirurgien maxillo-facial ou de votre stomatologue est gage de sécurité.

Risques liés à l’anesthésie:
– Sous anesthésie locale ou générale une allergie bénigne ou sévère peut survenir même si cela est en réalité exceptionnel. Les risques liés à une anesthésie générale sont détaillés lors de la consultation d’anesthésie. Ils sont extrêmement faibles et les complicationssont très rares chez un patient en bonne santé.

 

DÉROULEMENT DE L’INTERVENTION

Intervention sous anesthésie locale

L’intervention se déroule le plus souvent sous anesthésie locale en salle technique (au cabinet). Le geste n’est pas douloureux et dure une à deux heures. Vous devez venir sans maquillage, laver votre visage avec un savon doux et faire un bain de bouche avant l’intervention.

Dans un premier temps le docteur Dujoncquoy vous installe, désinfecte la peau autour de la bouche avec de la bétadine et met en place des champs stériles. Ce temps d’installation dure 10 à 20 minutes et permet de discuter avec l’équipe médicale si vous avez des dernières questions.

Une fois l’anesthésie locale réalisée le patient ressent uniquement les vibrations et les pressions appliquées sur la gencive et peut facilement communiquer avec le médecin. La gencive se réveille environ 2 heures après l’intervention. Vous aurez le temps de rentrer chez vous sans douleur.

Intervention sous anesthésie générale

S’il y a beaucoup d’implants à poser ou des greffes osseuses à réaliser l’intervention pourra être réalisée en clinique sous anesthésie générale. Le Docteur Dujoncquoy opère à la clinique Hartmann à Neuilly-sur-Seine avec toute l’équipe d’anesthésie de la clinique. Les consultations d’anesthésie ont lieu à la clinique Hartmann et la prise de rendez-vous pour une consultation pré-anesthésie se fait par téléphone au 01 75 95 12 34 ou sur Doctolib.

Après l’intervention, un oedème ou « gonflement » ainsi qu’un hématome peuvent apparaître mais ce n’est pas systématique. Cela est bénin et disparaît en quelques jours avec l’aide des médicaments prescrits et l’application de poches de froid sur la joue : vous pouvez utiliser de la glace, des petits pois congelés placés dans un sac congélation et enveloppés d’un tissu doux, ou des poches de froid vendues en pharmacie. Il est conseillé de dormir la tête légèrement surélevée pour prévenir et limiter le gonflement ou les bleus qui ont tendance à apparaître le lendemain.
Les douleurs sont modérées et facilement calmées par des antalgiques simples. L’alimentation doit être adaptée pendant une petite semaine et les activités seront limitées les premiers jours. Ne travaillez pas le jour de l’intervention. Vous pourrez reprendre le lendemain. Evitez le sport pendant une semaine.

La dent définitive appelée « couronne » sera mise en place 3 à 4 mois après la pose de l’implant. C’est votre dentiste référent ou à défaut un praticien conseillé par le cabinet qui posera cette dent et la fixera sur l’implant.

Quelques semaines avant, un nouveau geste réalisé sous anesthésie locale appelé décapuchonage ou «deuxième temps» sera réalisé au cabinet. Cette intervention est plus légère et dure en général 20 minutes. Elle permet de poser une vis de cicatrisation sur l’implant. C’est une sorte de bouton pression qui permet de préparer la gencive et de créer un accès pour que votre dentiste puis poser la couronne (la nouvelle dent) en toute tranquillité.

Une surveillance annuelle est nécessaire afin de s’assurer de la bonne santé de l’implant. Vous aurez simplement un rendez-vous par an à prévoir chez votre dentiste. Une fois que l’implant est posé et ostéo-intégré il sera gardé de nombreuses années (20 à 30 ans voir plus) à condition d’avoir un suivi régulier et une hygiène parfaite.

TIMING EN IMPLANTOLOGIE

Cas général
Le plus souvent il suffit d’attendre 3 mois après l’extraction d’une dent pour poser un implant. Il faudra ensuite encore attendre 3 mois avant de pouvoir utiliser l’implant car il faut laisser un temps de consolidation et fixation osseuse appelé ostéo-intégration.
Avec greffe osseuse

En cas de greffe osseuse préalable (sinus-lift ou une greffe d’apposition) il est nécessaire d’attendre 4 à 6 mois avant de poser un implant. Vous devrez donc attendre plus de temps avant d’avoir les dents définitives.
Par exemple si la ou les dents n’ont pas encore été extraites, il faudra d’abord les extraire puis attendre trois 3 mois de cicatrisation osseuse. Ensuite, il faudra greffer l’os pour l’épaissir puis attendre à nouveau 4 à 6 mois le temps de la consolidation osseuse. Nous pourrons enfin poser le ou les implants et il faudra de nouveau attendre 3 mois avant de décapuchonner les implants et mettre en place une dent (appelée couronne implanto-portée).
Pour ces cas plus complexes, la procédure est plus longue et il faudra au total attendre presque 1 an pour que les dents soient totalement réhabilitées. Cependant dans la majeure partie des cas le délai est bien plus court.

Technique alternative : les implants zygomatiques
Chez les patients qui ne peuvent pas bénéficier d’une greffe osseuse ou qui n’ont pas le courage de passer par toutes ces étapes il est possible de poser des implants zygomatiques. Il s’agit d’une technique récente qui permet de poser des implants sans greffe osseuse chez des patients qui ont perdu toutes leurs dents du haut et n’ont plus d’os au niveau des mâchoires. Vous pourrez en discuter avec le docteur Dujoncquoy. Il est un des seuls praticiens à réaliser cette technique à Neuilly-sur-Seine et en région parisienne.

Certains patients ont perdu toutes les dents du haut et n’ont plus d’os au niveau de la mâchoire. Si ils n’ont pas le courage ou la capacité physique de supporter des greffes osseuses, il est possible de proposer une technique alternative et d’utiliser des implants zygomatiques.
Il s’agit d’implants très longs qui viennent s’ancrer au niveau de l’os des pommettes.

Avantages
L’avantage est que la procédure est plus rapide et permet de supporter de nouvelles dents sur l’ensemble de la mâchoire du haut dans un délai très raisonnable voir très court.

Inconvénient
L’inconvénient principal est que cette technique nécessite d’être réalisée en clinique au bloc opératoire.
Vous pourrez discuter de cette alternative avec le docteur Dujoncquoy. C’est un des seuls chirurgiens à proposer cette technique à Neuilly-sur-Seine et en région parisienne.

Pour toute question, n’hésitez pas à contacter le secrétariat ou poser une question au Dr Dujoncquoy.